Mes lectures récentes : que du plaisir!

Dans les dernières semaines, je n’ai pas pris le temps de faire le compte rendu de mes lectures. Mais voici tout de même les livres que j’ai lus et que je vous recommande chaudement.

1. « Arrête avec tes mensonges » de Philippe Besson. Livre qui m’a happé, que j’ai lu en quelques heures. Un des meilleurs livres de Besson, contenant des éléments biographiques sur ses premières amours. Le «spéléologue de l’intime», dont l’écriture ciselée empreinte de poésie nous ravit sans cesse, réussit un coup de maître encore une fois.

 

 

2. Turbulences dans l’Univers de Jacques Arnould. Un exercice réflexif, scientifique et théologique fort intéressant face à une question qui a traversé les âges : l’hypothèse de la vie extraterrestre et les conséquences possibles d’une découverte en ce sens sur les croyances religieuses, en particulier sur le christianisme. Survol historique fort intéressant sur cette question qui a alimenté le débat philosophique et théologique depuis des siècles.

 

3. Taqawan d’Éric Plamondon. Un roman fort bien écrit touchant la question des autochtones, relatant avec beaucoup de sensibilité les événements entourant la «guerre du saumon» qui a sévi entre les Mi’gmaq de Restigouche et les Québécois. Un épisode peu reluisant de l’époque du gouvernement de René Lévesque où on a méprisé et violenté les autochtones sans pudeur. À lire pour goûter la force et la beauté de ce roman et aussi… pour se souvenir.

 

4. La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben. Un livre qui a obtenu un grand succès de par le monde. L’auteur, garde-forestier d’une forêt publique près de Cologne en Allemagne depuis plus de 20 ans, raconte ses découvertes étonnantes à propos des arbres, qui sont loin d’être des êtres immobiles et inertes. Les arbres crient, vivent en famille, souffrent, tissent des réseaux, tels des Wood Wide Web, avec leurs racines, s’entraident, respirent et ont un sens du goût… Vous ne verrez plus les forêts de la même façon, je vous le garantis. Ce monde bien caché vous surprendra par son intelligence et sa vivacité. «On ne peut plus abattre les arbres sans réfléchir», affirme l’auteur.

5. Foutez-vous la paix et commencez à vivre de Fabrice Midal. L’auteur, philosophe, méditant et bouddhiste français reconnu, nous invite à mettre de plus en plus de côté les injonctions de bonheur et de performance de notre monde moderne qui ne font qu’ajouter à notre malaise. En nous foutant la paix, en cessant de nous en demander toujours davantage, en accueillant la réalité telle qu’elle est, nous devenons de plus en plus libres pour vivre pleinement et joyeusement. Un livre qui fait tellement de bien et nous rend plus légers.

6. N’ayons plus peur de Thupten Jinpa. Oser la compassion peut transformer nos vies. «Dans un monde de plus en plus globalisé et confus, où les crises et la violence se multiplient, comment trouver le courage de résister à la peur de l’autre et au repli sur soi?» En remettant la compassion au centre de notre existence. Un brillant plaidoyer qui nous intime l’urgence d’aimer, l’audace de vivre et de changer le monde.

Chanson pour les mois d’hiver

Il y a des chansons qui soulèvent, d’autres qui stimulent. Il y a celles aussi qui savent émouvoir, ou encore apaisent…

Il y a quelques années, j’ai vécu un épisode d’anxiété prononcée. Fatigue, stress, surmenage ont été cause de remous qui ont engendré chez moi divers problèmes de santé, que je ne souhaite à personne! Pourtant, quand on ose parler de troubles d’anxiété, on se rend compte que plusieurs ont vécu semblables difficultés : en fait, ils toucheront une personne sur quatre au cours de leur vie!

Avec le recul, je réalise que cet épisode difficile m’a appris à mieux prendre soin de moi : dire non de temps à autre, m’accorder repos et moments de plaisir, être bon avec moi-même. En vérité, rien d’égoïste là : ces espaces privilégiés me redonnent non seulement de l’énergie mais m’aident à être davantage présent aux autres. Alors, quand vient le temps, mon oui est plus senti.

Le docteur Bourne, dans son livre Maîtriser votre anxiété, rappelle d’ailleurs que nous devrions instaurer davantage de temps d’arrêt dans nos vies afin de favoriser notre santé physique et mentale. Il propose un mode de vie que bien peu ont pris le parti de suivre, vu les exigences actuelles du travail : s’accorder, outre le sommeil, des temps de repos d’au minimum une heure par jour, une journée par semaine, une semaine par trimestre… et quatre semaines de vacances par année. Moins que cela, vous êtes à risque de développer des troubles d’anxiété…

Chansons pour les mois dhiverIl semble justement que l’hiver soit la saison propice pour refaire le plein. Pourtant, nos sociétés incitent les gens à poursuivre leurs nombreuses activités alors que tout pousse au retrait, au ralentissement, à l’«hibernation». Pourquoi se battre contre tempêtes ou verglas? L’économie sans visage, qui roule comme une boule de neige sans fin, emporte tout sur son passage. Mais il y a des chansons…

… des chansons dont les paroles redisent l’importance de s’accorder du temps. Quand j’entends les mots de celle-ci*, interprétée par Isabelle Boulay, je ne peux que ressentir un profond bien-être :

Chanson pour les mois d’hiver
Chanson pour rêver, chanson douce-amère
En plein cœur de décembre
Il tombe des étoiles de neige

L’automne est déjà loin derrière
La forêt enneigée calme les colères
Il y a ce silence qui hante
Les montagnes et la plaine

Allume le feu,
réchauffe-moi tant que tu peux
Chante-moi un air
Ta chanson pour les mois d’hiver
Celle qui dans tes yeux,

éclaire ton âme, comme le feu
Moi, j’éteins la lumière
Y a plus que nous deux sur la Terre

[…]

Et loin de nous les inquiétudes du temps
Ici, y a qu’toi et moi et le vent
J’regarde nos pas dans la neige et je ressens
Nos cœurs battants sur tapis blanc

Cette poésie m’apaise, m’invite au lâcher-prise, à vivre l’instant présent! Elle a l’effet d’un jeté dans lequel on s’enroule pour se réchauffer, d’un chocolat chaud, de périodes d’accalmie. Surtout, pas besoin d’être en couple pour vivre de pareils moments! On peut les vivre seul à seul avec son meilleur allié : soi-même. Se considérer, c’est apprendre à devenir son meilleur ami. Ainsi, on pourra vraiment écouter son cœur battre au rythme des heures, loin des inquiétudes, rempli de paix. Que du bien!

* tirée de l’album Chansons pour les mois d’hiver, 2009.