L’été arctique

ete-arctiqueMa première lecture des fêtes.

« En 1912, le SS City of Birmingham approche des côtes indiennes. À son bord, le jeune romancier Edward Morgan Forster, qui écrira plus tard Route des Indes et Maurice. E. M. Forster laisse derrière lui la bourgeoisie anglaise à laquelle il appartient, et ses compagnons d’écriture Virginia et Leonard Woolf, Henry James, D. H. Lawrence. Dans l’autre monde des colonies, il part chercher l’inspiration et ce qu’il n’ose s’avouer : plus qu’une amitié, l’amour de ceux qu’il aime – les hommes. » (Quatrième de couverture)

L’Été arctique nous fait pénétrer avec sensibilité dans le cheminement intime et littéraire de l’écrivain anglais Forster, dans une époque où il n’est pas facile de vivre sa différence. Cette biographie originale de l’un des plus grands écrivains britanniques (auteur aussi d’Howards End et d’A room with a view) est aussi un admirable roman sur « la solitude et l’acceptation de soi ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s