Histoire de la violence

histoire_de_la_violenceJe viens de terminer le roman Histoire de la violence d’Édouard Louis, l’auteur d’En finir avec Eddy Bellegueule. Dans ce deuxième roman à caractère autobiographique, le narrateur nous livre une expérience personnelle des plus perturbantes : « J’ai rencontré Reda un soir de Noël. Je rentrais chez moi après un repas avec des amis, vers quatre heure du matin. Il m’a abordé dans la rue et j’ai fini par lui proposer de monter dans mon studio. […] Nous avons passé le reste de la nuit ensemble, on discutait, on riait. Vers six heures du matin, il a sorti un revolver et il a dit qu’il allait me tuer. Il m’a insulté, étranglé, violé. »

Le narrateur, par besoin de dire, d’évacuer, a raconté le tout à sa sœur. Elle en fait le récit aussi, à sa manière. Bref, deux points de vue qui apportent un éclairage intéressant sur ce drame violent, pour que la victime « puisse comprendre ce qui s’est passé cette nuit-là ». Un exutoire fascinant. Une histoire de la violence qui remue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s