Réparer les vivants

reparer« Que faire Nicolas? – Enterrer les morts et réparer les vivants. » (Ce fou de Platonov de Tchekhov) Ce fragment de dialogue entre Voïnitzev et Triletzki a véritablement inspiré ce roman aux 10 prix littéraires : Réparer les vivants de Maylis de Kerangal (Gallimard, 2014). Ce récit d’une transplantation cardiaque nous emporte dans son fleuve de mots poétiques et sonnants de vérité au sein d’un périple de 24 heures autour du corps inerte de Simon Limbres, jeune homme actif et en pleine santé de 19 ans, décédé à la suite d’un accident. Perte d’un être cher, choc des proches, refus de la réalité trop crue, émotions en bataille, pêle-mêle, constat atroce de mort cérébrale, corps chéri maintenu en vie artificiellement, déchirement intérieur devant la cruauté de la vie, travail délicat des médecins et intervenants auprès de la famille en vue du prélèvement des organes, révolte, lâcher prise, autant de chemins sinueux que nous pénétrons de plein fouet, portés par la verve sensible et profonde de l’auteure. Le cœur de Simon entreprendra-t-il un voyage vers un autre corps? L’amour qu’il contenait le suivra-t-il?

Ce « roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, […] trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime où le cœur demeure le siège des affects et le symbole de l’amour. »

Bref, un roman qui bouleverse, nous précipite avec courage et finesse dans cette danse frénétique entre la vie et la mort qui se côtoient de si près. Le « roman païen de la résurrection », affirmera Marie-France Bazzo à propos de ce livre incontournable. À lire pour vivre!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s