Ton Christ est Juif

Julos Beaucarne« J’étais un étranger, et tu m’as accueilli… » Accueillir est un des plus beaux mots de la langue française. Pourtant, il m’est avis qu’on en perd un peu l’usage ces temps-ci…

Ces derniers temps, il a beaucoup été question de la Charte des valeurs québécoises. Elle a suscité nombre de réactions, positives comme négatives. Elle a déchaîné les passions, remué les consciences, questionner nos certitudes. Mais dans tout ce branle-bas, ce tumulte de mots, nous avons peut-être trop peu pensé à ceux et celles qui se sont sentis de nouveau étrangers devant les murs qui se sont dressés… Pourtant, ces « étrangers » n’en sont pas vraiment, puisqu’ils sont d’abord et avant tout Québécois. Qui est le véritable étranger? Celui qui est arrivé ici il y a quelques années… ou celui qui l’a fait il y a quelques siècles?

Nous-mêmes, nous descendons de Français, d’Anglais, d’Irlandais, de Basques qui sont venus s’installer sur la terre des Amérindiens, qui eux-mêmes, il y a près de 40 000 ans, sont arrivés d’Asie par le détroit de Béring. En fait, nous sommes tous l’étranger de quelqu’un d’autre…

Je vous propose une chanson qui m’amuse bien chaque fois que je l’entends. Elle a le mérite de nous rappeler que, sans les autres, sans les « étranges » qui nous côtoient dans notre village global, nous ne serions pas grand-chose. Ridicule de traiter d’étrangers ceux-là même qui vivent dans la même maison et qui sont tous « membres de l’équipage de la planète Terre »! « Mon terroir, c’est la galaxies », affirme le chanteur, auteur, artiste et poète belge Julos Beaucarne dont un des recueils de poésie porte ce titre et dans lequel il décrit ce « pays du rêve où personne n’est interdit de séjour ». Sa chanson Ton Christ est Juif, tirée de son album 20 ans depuis 40 ans paru en 1997, vaut la peine qu’on s’y arrête :

Ton Christ est Juif
Ta voiture est japonaise
Ton couscous est algérien
Ta démocratie est grecque
Ton café est brésilien
Ton chianti est italien

Et tu reproches à ton voisin d’être un étranger

Ta montre est suisse
Ta chemise est indienne
Ta radio est coréenne
Tes vacances sont tunisiennes
Tes chiffres sont arabes
Ton écriture est latine

Et tu reproches…

Tes citrons viennent du Maroc
Tes litchis de Madagascar
Tes piments du Sénégal
Tes mangues viennent du Bangui
Tes noix d’coco d’Côte d’Ivoire
Tes ananas d’Californie

Et tu reproches…

Ta vodka vient de Russie
Ta bière de Rhénanie
Tes oranges d’Australie
Tes dattes de Tunisie
Ton Gulf-Stream vient des Antilles
Tes pommes de Poméranie

Et tu reproches…

Ton djembe vient de Douala
Ton gingembre vient d’Ouganda
Ton boubou vient d’Tombouctou
Tes avocats du Nigéria
Tes asperges viennent du Chili
Ton ginseng vient d’chez Li Peng

Et tu reproches à ton voisin d’être un étranger

À 77 ans, toujours aussi audacieux et créatif, Julos Beaucarne n’en finit pas de déployer sa feuille de route et de s’engager à construire un monde meilleur. « Le bonheur, dit-il, c’est marcher inlassablement vers soi-même. » Et personne ne peut-être soi-même sans l’apport des autres. Pour lui, « se changer soi-même, c’est ça la vraie politique. […] Nous sommes tous faits de la même matière. » Rêvant de devenir cet oiseau qui voyage au-delà des barrières que les hommes dressent entre eux, il crie : « Il faut s’aimer à tort et à travers. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s