Lumière blanche

Gros plan sur la calme surface d’un lac. Le miroir de l’eau est étale. Quelques tiges vertes traversent le délicat fil de l’eau. Une libellule survole l’onde sans bruit, suivie de près par un bourdon. Une lumière blanche, drue, se répand sur la scène lacustre, qu’elle avive. Puis, une ombre passe. Quelques gouttes de pluie éparses tombent sur l’eau en faisant un léger clapotis et en créant des cercles. Deux autres. Quelques autres encore, à rythme irrégulier, chacune faisant vibrer l’air de sa douce résonance. Le silence s’étire entre chaque tintement. Je suis là, tranquille, et j’assiste, tout à fait zen, à cette humble suite de sons qui bercent l’âme. Une chaleur apaisante remplit le cœur.

J’ouvre les yeux. Je suis chez moi, confortablement assis dans le fauteuil. Je vois la chaîne stéréo devant moi, la table basse à mes pieds, puis le boîtier d’un CD posé juste devant moi. J’étire mon regard vers l’album turquoise. Je lis : Alina d’Arvo Pärt. Et je me rappelle que j’étais en train d’écouter cette musique d’une simplicité désarmante, voire minimaliste, qui m’a transporté au loin…

Un piano seul, quelques notes claires jouées sans hâte, dont chacune résonne longuement, ponctuées par le son grave d’un bourdon. Une exécution musicale au ton calme, introspectif. Une sonorité qui évoque le son des clochettes. Une musique jamais triste, malgré la lenteur, toujours lumineuse. Une impression de se trouver en présence de quelque chose qui nous dépasse. Une « présence de Dieu », diront même certains…

C’est l’effet mystérieux que produit cette pièce composée en 1976 qui marque le début d’un nouveau style pour Pärt, ce compositeur estonien, né en 1935. Un style qu’il qualifie lui-même de style tintinnabulum et explique ainsi : « Je travaille avec très peu d’éléments – une ou deux voix seulement. Je construis à partir d’un matériau primitif – avec l’accord parfait, avec une tonalité spécifique. Les trois notes d’un accord parfait sont comme des cloches. C’est la raison pour laquelle je l’ai appelé tintinnabulation. » La version que j’écoute a été enregistrée en 1999 (ECM Records) et est interprétée par le pianiste Alexander Malter. Sublime…

Malgré l’incompréhension que suscite parfois sa démarche, le succès de Pärt, que certains rangent du côté des « minimalistes mystiques », ne s’est jamais démenti. Reconnu aussi pour sa musique sacrée, le compositeur poursuit sa recherche du vrai plaisir dans la simplicité des choses. « Créateur d’une musique épurée, d’inspiration profondément religieuse, associée par certains à la musique postmoderne, Arvo Pärt creuse à présent le sillon de son style tintinnabulum. Ses œuvres ont été jouées dans le monde entier et ont donné lieu à plus de 80 enregistrements, ainsi qu’à de très nombreuses utilisations pour l’illustration sonore de films et de spectacles de danse. » (Wikipédia)

Mais j’oublie vite ces détails pour l’instant. Je retourne en pensée au lac, portée par cette musique si intérieure. Gros plan, derechef, sur cette scène aquatique dont les reflets colorés miroitent dans l’eau limpide. Un bain de sérénité et de silence. Parfait pour la détente. Et me revient en mémoire cette étonnante phrase du compositeur : « Je pourrais comparer ma musique à une lumière blanche dans laquelle sont contenues toutes les couleurs. Seul un prisme peut dissocier ces couleurs et les rendre visibles; ce prisme pourrait être l’esprit de l’auditeur. »

Écouter la pièce Alina

Publicités

3 réflexions sur “Lumière blanche

  1. Oui, j’ai relu et je me suis retrouvée dans la contemplation du beau lac bleu,
    et enveloppées de ces sons qui nous conduisent vers l’intériorité, j’ai envie de connaître ce musicien minimaliste.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s