De mon observatoire

Vous savez quoi?

Depuis mon humble logis, au troisième étage d’un immeuble, je vois des paysages à couper le souffle.

Ce matin, j’ai pu observer, en contrebas, les bus bondés de penseurs défiler en vrombissant sur ma rue inondée de lumière.

Cet après-midi, devant ma fenêtre, j’ai vu le vent murmurer des secrets à mon tilleul, ce sage protecteur.

À la brunante, j’ai admiré l’océan des toits onduler sous les appétissants orangés du coucher de soleil.

Ce soir, au-dessus de l’ombre dentelée des arbres, j’aperçois la planète Jupiter flirter discrètement avec la Lune.

En fin de soirée, je verrai sûrement une étoile cachotière se glisser sous les lames des stores et nourrir le mystère.

Et cette nuit, je courrai à travers les champs touffus et infinis de ma conscience toute rêveuse…

Publicités

Une réflexion sur “De mon observatoire

  1. L’émerveillement est une ouverture. Il y a plein d’instants d’émerveillement. Il suffit d’ouvrir mieux les yeux.
    Bravo pour ce rappel qui sent le vécu! (-:

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s