La vie en boîtes ouvertes

je suis enseveli
enfoui sous la poussière des passages
un nuage gris se soulève
sur le parcours des mouvances

un tourbillon que j’attrape
ne m’aurait pas tant remué
car dans les choses déplacées
se cachent des miroirs ou des trappes

ma vie est dans une boîte de carton
quelques jours et puis au revoir
emballé de soucis je vais je vole
excité d’atterrir loin ou autre part

un jour neuf derrière les monticules
un jour de feuilles d’automne légères
orange, rouge et ocre éphémères
touches de peinture et vol de libellules

je déménage et je m’assois bientôt
pour revivre les marches en solitaire
et j’encerclerai mes espaces
de coups de plume et de vents stellaires

quelques vagues et un mois vient
où il rira des peurs laissées derrière
le soleil se lève toujours à l’est
un nouvel arbre aura adopté le nid

la vie merci des nomades crient
mais reviennent à leur tente dépliée
là où ils ont le coeur bien planté
dans leur désert habité d’eux-même

c’est là que je pousse mes pénates
que mes crayons rient éclatent
pour laisser des taches d’encre verte
dans une boîte et un nouveau départ

c’est là que je déleste mes savates
pour mieux voyager vers les arts

© Ghislain Bédard, 2008

Traduction du petit poème improvisé : Je déménage le samedi 4 octobre dans mon nouvel appartement, avenue Duval. C’est un vrai tourbillon d’ici là, mais la hâte me tenaille de vivre dans ce joli petit nid et de reprendre mon libre envol.

Publicités

3 réflexions sur “La vie en boîtes ouvertes

  1. Cher ami,

    je ne souhaite qu’une chose…
    que les boîtes ne t’avalent pas,
    que les rubans ne t’étouffent pas
    et que les souvenirs ressassés en les emballant
    t’emmènent dans de chauds et doux souvenirs
    qui t’ouvriront les portes d’un avenir tout accueillant…

    Une amie qui se réserve le plaisir de découvrir les livres que tu auras sans doute très bien emballés…

    Attendez-moi bibliothèques vides, j’arrive!

    Bisous!

    J'aime

  2. À l’heure où je t’écris ces quelques lignes, tu te réveilles pour la première fois dans ton nouveau logis probablement… Des bruits inhabituels chatouillent tes oreilles, des odeurs non familières du passé n’ont pas encore quitté les lieux, des lumières différentes ornent les murs et les planchers… et un bonheur inquisiteur t’invite à devenir le roi des lieux.
    Bonne conquête Ghislain! À bientôt…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s