Le bouffon au luth ou la célébration du génie humain

Dimanche – quelle joie! –, je suis parti pour Paris. Ou presque. Un court aller-retour de quelques heures seulement. Entre 10 h et 16 h.

Dimanche, oui, j’ai visité le Louvre, du moins sa contrepartie à Québec. Avec un sentiment de joie et de fête qui enveloppait les souvenirs heureux de ces voyages que j’ai faits vers cette destination sans pareille. Le Louvre… ou une parcelle des collections il faut dire.

Ces 270 pièces magnifiques exposées momentanément, et presque de façon anachronique, entre les murs du Musée des Beaux-Arts du Québec, nous font voyager de l’Égypte ancienne au Moyen Orient, de l’Italie jusqu’à la France, mais aussi et surtout du 20e siècle avant J.-C. – imaginez! admirer des pièces datant de 5000 ans! – au 19e siècle de notre ère. Un véritable voyage dans le temps. J’ai pu y examiner de près des poteries de l’Égypte ancienne, des céramiques de l’Islam du Moyen-Âge, des monuments funéraires grecs et romains des premiers siècles de notre ère, des ivoires et des tapisseries du Moyen-Âge français, des statues de marbre et des peintures de plusieurs siècles avant nous…

Ce fut une véritable expédition dans l’histoire fascinante de l’humanité. Regrouper sous des thèmes comme « Aimer et mourir », « Apprendre et œuvrer », « Habiter et embellir » et « Célébrer et se divertir », ces œuvres inestimables ont dévoilé une part de leur histoire et de leur mystère. Avec l’aide des explications audio, j’ai pu extrapoler les habitudes de vie, assez proches des nôtres, de tous ces humains qui ont utilisé et fabriqué ces œuvres d’art qui ont survécu, étonnamment, aux âges.

Parmi ces œuvres, une peinture présentée à l’entrée de la salle 6, qui s’ouvrait sur le thème « Célébrer et se divertir », m’a bouleversé. Pour sa profondeur, son humanité, sa sensibilité et la joie qui s’en dégage. Une peinture de Franz Hals intitulée « Le bouffon au luth ». On l’a entraperçue dans la publicité de l’événement. Mais la voir de visu, juste devant soi, et de pouvoir en examiner les traits de pinceaux, nous émeut, nous fascine. Cette image restera gravée dans ma mémoire.

Elle est une invitation à la joie, à la célébration des beautés de la vie et de sa magnificence, un hymne à la gloire et à la grandeur de l’être humain, de ses réalisations, de son talent incroyable pour transformer les choses et créer la beauté, dont témoignent tous ces artéfacts exemplaires. Quand l’humain s’y met, il est capable de grand, de beau et de bon! Les artistes de tous ces millénaires parlent du génie humain, de son intelligence fascinante, de sa sensibilité exemplaire. Ils convoquent le meilleur de ce que nous sommes.

En visitant cette exposition, il me semble, on peut entrevoir l’ampleur de notre destinée humaine. Que faisons-nous de tout ce potentiel qui est nôtre? Quand quelques personnes seulement en viennent à concevoir de tels chefs-d’œuvre, on peut se demander ce que serait une humanité dévouée avec tout son art à la réconciliation et à la paix, à l’instauration du bien commun et à la célébration de la beauté de la vie…

Cette visite au musée, un instant de grande émotion, de méditation et d’admiration!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s