Mihaly

Il s’appelle Mihaly. Comme l’auteur des livres connus Vivre, Mieux vivre et La créativité. Il aime jouer et badiner. Il est délicat, frêle, inquiet, et à la fois curieux, plein d’énergie et fonceur. Il aime la chaleur et la tendresse et, parfois, il sait se montrer tout à fait autonome et indépendant. Malgré son jeune âge, il sait profiter pleinement de la vie. Il prend le temps de vivre, de se laisser aller à la farniente, de s’amuser avec rien. Il connaît déjà par instinct l’art de l’oisiveté. Nous, il faut lire le livre d’Hermann Hesse du même nom pour mieux s’y adonner, pour reconnaître que la vie nous emporte dans son tourbillon, qu’elle nous avale de ses obligations, souvent même choisies, et que nous sommes des dévots de « cette religion à la mode qui, en Europe comme en Amérique, glorifie l’homme moderne souverain, auteur de tant de réussites » (HESSE, Hermann, L’Art de l’oisiveté, quatrième de couverture).

Mais lui, il n’en a rien à foutre de tout cela. Il est un peu en dehors du temps, parfaitement libre, parfaitement intéressé, parfaitement détaché aussi. C’est un sage à sa manière. Et ses enseignements sont bénéfiques pour l’être humain que je suis.

Il s’appelle Mihaly. C’est un chaton. Un petit chat de race : un Devon Rex tabby brun. J’en suis le gardien pour quelques jours. Et comme le dit Matthew Fox à propos de son chien, il est pour moi un maître à penser. Il m’apprend le plaisir. Il m’enseigne l’art d’être. Il m’introduit à l’amour. Et avec lui, je peux m’en remettre à la vie, à la confiance, à la détente, au repos et au calme.

Son pouvoir est grand : il suscite des élans d’affection chez les humains qui le voient. Irrépressibles. Mais il n’en abuse pas. Il reste lui-même, et il vit sa vie de chat, tout bonnement. Il se respecte. Et il suscite le respect.

J’aurais presque envie de dire que, sur certains points, les félins, voire même tous les animaux, sont parfois plus sages que les humains. Mais je ne le dirai pas. Ils ne sont certainement pas nos inférieurs en tout cas. Ils sont des êtres vivants, de plein droit. Tout comme nous. Et il leur semble si facile de vivre en harmonie avec leurs soeurs et frères humains…

Publicités

Une réflexion sur “Mihaly

  1. Je lisais « The Ethical Imagination » de Margaret Somerville la semaine dernière, et elle dit justement que nous aurions tout avantage à chercher à apprendre des animaux — et de la nature en général, pour mieux vivre, devenir soi et être plus éthiques.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s