Journée mondiale de la poésie (21 mars)

En cette journée mondiale de la poésie, qui coïncide avec le début du printemps, je vous déroule ce joli poème de Jean-Noël Pontbriand :

il n’y a rien à dire que cela
entre nos filets de voix trop tôt perdus

nous cherchons un peu de douceur
entre les bras d’un amour confondu

nous apprenons le monde
l’ampleur de l’homme la ferveur de la femme
la désolation des routes

nous explorons les sentiers qui naissent
au fond de nos mains les désirs se conjuguent
les rêves s’amplifient l’amour se condense

Dieu poursuit sa naissance
quelque part en nous

le vent se souvient de l’âme

PONTBRIAND, Jean-Noël, Résonnances, Noroît, 1998, p. 34.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s