Icônes

les icônes effondrées
sont plus lourdes que les arbres
leurs tons de terre et de feu
n’enrobent que les fuites

elles tombent des socles
en faisant plus de bruit
que les forêts qui dévalent les pentes

alors s’affaissent
les bosquets illusoires
les vallées éphémères

voire les mille degrés
qui s’accrochent
aux franges des cieux

ne demeurent que les sentiers patients
qui traversent les cerisaies
avec des pieds dansants
et des pinceaux en tête

G. B.

© Ghislain Bédard, 2008

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s